Présentation de la MyoNeuroModulation
ou
technique BOWEN sous la loupe des neurosciences

La MyoNeuroModulation est le nouveau nom donné par Louise Tremblay à la technique Bowen revisitée sous l'angle des avancées en terme de neurosciences. C'est un soin mettant en jeu le système somato-sensoriel par des mises en tension douces des tissus, qui permettent à l’organisme d'activer les mécanismes d'auto-guérison et de prendre conscience de son état de stress afin d’en inverser le processus en favorisant l’homéostasie globale et notamment celle des activités du système neuro-végétatif.

J'utilise souvent cette technique pour les problèmes anciens, ou ceux mettant en jeu tout le corps dans son ensemble, et plus particulièrement le système nerveux, avec un équilibrage des systèmes "sympathique - parasympathique".

Même si le traitement diffère en fonction de la problématique du consultant, cette approche ne cherche pas à "traiter" des conditions spécifiques, mais plutôt à stimuler l'organisme afin qu'il mette en place ses propres mécanismes de guérison. Elle vise à redonner au corps son équilibre perdu, et aide la personne à redéfinir son schéma corporel et normaliser sa posture. Les effets bénéfiques, outre une relaxation profonde, se font sentir dans un grand nombre de problèmes, en aidant le corps à retrouver son équilibre émotionnel, physiologique et postural. On a aussi pu remarquer qu'elle favorise aussi le processus de détoxification de l'organisme.

 

Les améliorations peuvent se faire sentir immédiatement après la séance, mais se mettent en place le plus souvent dans les jours suivants, gage d’un travail en profondeur, avec des résultats pérennes.

 

De nombreux témoignages de clients ayant bénéficié de la technique Bowen montrent que ce type de soin peut apporter des améliorations très diverses, parfois inattendues.

Cette approche est très profitable en cas de stress et à titre de prévention ou bien-être, favorisant la relaxation, le sommeil profond et aidant le corps lors des changements (saison, travail, grossesse..). Certains y ont recours pour un entretien régulier. C'est une bonne solution pour aider les salariés d'entreprise soumis au stress…

Elle a aussi sa place en accompagnement des sportifs pour limiter les courbatures, et les blessures: des "stands" Bowen sont parfois organisés lors des marathons ou triatlon. Les concurrents bénéficiant de courtes séances Bowen (10 mn) en cours de route notent une récupération plus rapide pendant et après l'épreuve.

Elle permet aussi un travail de dégagement des troubles émotionnels ancrés dans le corps, et à ce titre, peut participer à toute démarche de développement personnel.

Elle complète très bien le soin THERAMES en permettant une intégration plus rapide et une récupération d'énergie (soin global de 2h dont 30 à 45 mn de BOWEN).

 

Quels risques ?

La technique Bowen est absolument sans risque et s'adresse à tous, des nourrissons jusqu'aux personnes les plus âgées et ceci quelques soient leurs conditions (invalidité, handicap, situation chronique, suite de chute ou accident, grossesse, période de stress...). Tout le monde peut en bénéficier. Le toucher reste superficiel et ne présente donc aucun danger (pas de manipulation structurelle).

Déroulement d'une séance BOWEN

L’environnement :
Le calme environnant est l’élément le plus important à considérer. Les influences extérieures comme le bruit, la musique (même très douce), les sons d’ambiance, les odeurs d’encens ou d’huiles essentielles sont autant d’éléments qui amoindrissent les effets du traitement. À l’abri de stimulis parasites, le processus d’auto-normalisation du corps peut alors se produire.

Le client est confortablement installé sur une table de massage ou assis pour le travail sur les épaules. Il est en sous-vêtements de préférence, et recouvert de couvertures afin d’avoir bien chaud. Seule la partie du corps recevant le « move » c'est à dire la stimulation est découverte afin de préserver chaleur et intimité. La notion de chaleur et de confort est très importante afin de favoriser la détente et les échanges d'informations dans le corps. 

La séance proprement dite :
Pour sa première séance avec un client, le praticien choisira très souvent d’exécuter les séquences de relaxation de base. Habituellement, le praticien applique d’abord des "moves" qui permettent au corps d’amorcer un processus d’ajustement général. Dans un deuxième temps, il choisit ceux qui correspondront plus spécifiquement aux besoins du consultant.

Après 2 à 4 moves, le praticien fait une pause: il s’éloigne pendant 2 à 5 minutes pour donner le temps au corps d’intégrer et de gérer « l’information » reçue et mettre en route le processus d’auto-normalisation.

La réaction des tissus aux moves varie d'une personne à l'autre et d'une séance à l'autre (chaleur, picotement, inconfort ou légère douleur). Il arrive que les clients ressentent une profonde détente. D'autres déclarent vivre aussi une certaine libération émotionnelle. Certains s'endorment durant le traitement, ce qui est très profitable.

Il est impératif de se souvenir que moins on en fait, plus on est efficace. Chaque séance dure en moyenne 60 minutes, parfois plus. L’efficacité n’est pas proportionnelle à la durée, et certaines séances très courtes (30 mn) avec un nombre limité de « moves » sont parfois plus appropriées. Un soin "flash" de 30 à 40 mn peut apporter une grande détente et s'avérer très efficace.

 

Après la séance : 
On dit que les processus mis en œuvre par le traitement s’activent pendant quelques jours après la séance (4 à 6 jours), ce qui demande aux clients d'observer certaines précautions pendant ce temps :

  • Ne pas se soumettre à d’autres techniques corporelles (qui transmettraient un message différent au cerveau),

  • Ne pas faire de sauna, hammam, thalasso, bains à remous…..

  • Pas de sports violents ou de portage de lourdes charges.

  • Boire beaucoup d'eau pour aider le corps  éliminer les tensions.

Bienfaits :

Pour les cas courants, un traitement comporte 2 à 3 séances . En accompagnement de problèmes importants ou stress chronique, on peut envisager des séances plus nombreuses. 

Les séances seront espacées entre elles de 5 à 10 jours, voire plus.
Pour un entretien régulier, on conseille 2 à 4 séances par an, aux changements de saison ou de rythme de vie.

 

Principe d'action BOWEN

Parce que la technique Bowen découle surtout d'intuitions, il est difficile d’en définir les bases théoriques. On sait aujourd'hui que la méthode agit en rééquilibrant le système nerveux autonome afin d'aider à maintenir l’homéostasie corporelle.

 

De nombreuses hypothèses sont à l'étude par Louise Tremblay, formatrice passionnée par les neurosciences: la capacité de transmission vers le cerveau des différents "capteurs d'informations" du corps semble jouer un rôle déterminant dans l'efficacité de cette technique. Le "move" BOWEN stimule la remontée d'information du système nerveux périphérique vers le cerveau, lui permettant de faire un "état des lieux" pour amorcer les corrections nécessaires.

Une différence majeure avec les autres techniques, est la "pause", appelée "temps d'intégration somato-sensoriel", nécessaire entre chaque séquence de "moves Bowen".

Elle permet sans doute une meilleure intégration des informations et donne des résultats étonnants par rapport à l’intensité du travail accompli par le praticien. Les améliorations sont durables, car elles résultent d'une auto-correction du corps lui-même, et non d'une action externe qui lui est imposée.

 

La technique a même été adaptée pour les animaux, une sorte de soin qui permet de traiter certains problèmes courants et favorise un mieux-être général. Ceci est la preuve d'une action réelle, au delà du simple effet "placebo".

 

De l'origine de la technique BOWEN à la MyoNeuroModulation

Origine de la technique BOWEN

Thomas Ambrose Bowen né en Australie en 1916, n'a jamais reçu de formation spécialisée. Passionné de sports, il a passé de nombreuses heures à observer le travail des massothérapeutes de l’équipe de football. Il croyait aussi à une certaine forme d'énergie (le Qi de la Médecine chinoise) qui circulait dans tout le corps.

 

Au début des années 50, sa rencontre avec un thérapeute manuel réputé marqua un tournant décisif dans sa vie. C'est à la suite de nombreux entretiens avec cet homme ainsi qu'une étude poussée de l'anatomie, qu'il commença à mettre au point la technique qui allait porter son nom. 

 

Vers la fin des années 50, devant la demande accrue pour ses traitements, Tom Bowen décida d’ouvrir une clinique. À mesure que sa réputation grandissait, plusieurs professionnels de la santé se sont intéressés à cette nouvelle méthode.

Certains affirment aujourd'hui qu'il était un véritable guérisseur naturel (healer). Lui-même disait que ses découvertes découlaient d'un « don de Dieu ».

De BOWEN vers la MyoNeuroModulation

La MyoNeuroModulation est la version de la technique BOWEN revisitée par Louise Tremblay, aux vues des nouvelles connaissances en neurosciences.

Louise Tremblay a d'abord étudié l'acupuncture, puis l'homéopathie. Alors qu’elle était déjà instructeur de la méthode Bowen, elle suivit une formation en ostéopathie d'une durée de six ans, afin de compléter ses connaissances et enrichir sa compréhension des modes d’action de la technique BOWEN.

 

Passionnée par les approches corporelles liées à la somesthésie et l’auto-régulation du corps, elle a fondé l'école AIMTC, enseignant la MyoNeuroModulation (technique BOWEN), Niromathé et la DermoNeuroModulation (DNM) dans le monde entier. Sa connaissance approfondie du système nerveux et des neurosciences la positionne comme référente actuelle de la technique BOWEN en apportant une vision plus claire et plus théorique sur ses principes d'action. 

Elle est l'auteure du livre "Le temps d'intégration somato-sensorielle", qui explique et met en avant la nécessité d'intégrer une "pause" silencieuse pour permettre au corps d'activer un processus d'auto-régulation.

​Afin d’aller plus loin dans la compréhension du mode d’action de ces techniques liées à la somesthésie et apporter des explications rationnelles aux résultats obtenus, Louise Tremblay a effectué de nombreuses recherches sur le fonctionnement du cerveau, du système nerveux et des différents récepteurs du corps, en s’appuyant sur les découvertes des neurosciences. 

Ses travaux lui permettent d’enrichir et faire évoluer la technique BOWEN afin d’en augmenter l’efficacité. Elle a donc renommé son enseignement MyoNeuroModulation (ou BOWEN sous la loupe des Neurosciences) afin de différentier sa pratique de celles des autres courants « historiques » de la technique.  

 

Mise en garde :

Les praticiens Bowen ne sont en aucun cas autorisés à poser un diagnostic et le client doit consulter un médecin pour faire évaluer son état de santé. Une séance de MyoNeuroModulation (ou technique BOWEN) ne remplace pas une visite médicale, ni une consultation en ostéopathie ou une rééducation par un kinésithérapeute. Ce sont des soins complémentaires aux approches thérapeutiques dites « classiques ». Le praticien ne doit pas intervenir dans les traitements et prescriptions médicales.

Laurence RICHARD - 22 rue de la mare neuve, 78610 Le Perray en Yvelines
SIRET 853 624 476 00018 - APE 8690F

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now